Tag Archives: violoncelle

Flüïd

Fluid est un projet électro instrumental formé en 2003 de deux musiciens, qui s’expriment sur scène utilisant laptops, synthétiseurs, jouets musicaux modifiés (clavier casio, dictée magique et autres jeux sonores), et violoncelle « midifié ».

Leurs compositions allient les influences « classiques » de l‘electronica-IDM (d’Aphex Twin, Squarepusher ou Autechre à Otto Von Schirach et Venetian Snares), « gonflées » au son jungle-Drum’n’bass ou EBM; et alourdies d’ambiances sombres, froides ou mélancoliques qu’on croirait sorties d’un film de science fiction viennois des années 30.

Les rythmiques pitchées, découpées, « breakées » et defigurées, les basses chaudes, rondes et puissantes, parfois saturées et poisseuses, des évènements sonores surprenants, des déferlements de percussions synthétiques et des textures organiques, électroniques ou acoustiques forment des climats étranges. Les morceaux en évolution permanente font danser le cerveau aussi bien que les pieds.

Puissance, complexité et bizarreries auditives sont combinées en une sorte de dance music du futur,
d’un futur digne des scénarios d’anticipation les plus noirs.

Depuis 2006, après quelques années de compositions studio, le duo s’attaque à la retranscription sur scène de cet univers singulier.

Ils se sont produit au Batofar, au Glaz’art, à l’OPA, au Nouveau Casino, à La Maizon – dans le cadre des rendez-vous électroniques 2006 – aux côtés de Venetian Snares, dDash, Future Prophecies, DJ Black Sifichi, le Santa Crew, Absent, Freecab…

Myspace

 Facebook fan page


devoirs de vacances n°3 / Flüïd par gaoubicrewllectif

Tagged , ,

[re]garde-fous

Une adaptation scénique et multimédia d’un album atypique. Un concept de Ciné-BD-Concert inédit.

Spectacle tiré de l’album de Fred Bezian “Les Garde-fous” (Delcourt),

Un drame psychologique raffiné sur fond de crimes en série et de tension conjugale…

Un thriller torturé servi par un graphisme ciselé et une musique intuitive.

Le montage, les effets, l’animation des dessins, et leurs projections en multi écran indépendant, offrent des perspectives jusqu’alors inexplorées en BD. Plongez au coeur de l’intrigue, scrutez les images pour y déceler le mouvement, l’essence du trait.

Les voix donnent vie aux personnages, l’atmosphère sonore et la création lumière, en prolongement scénique de la BD, offrent une nouvelle dimension à ce huit clos tourmenté.

Entrez dans la psychologie des personnages et l’intensité de l’action. Vibrez au rythme d’une bande originale alternant composition et improvisation, électronique et acoustique, interprétée en live par Sayag Jazz Machine.

http://www.sayagjazzmachine.fr

http://www.myspace.com/regardefous

Tagged , , , , , ,

Sayag Jazz Machine

Formation atypique, SAYAG JAZZ MACHINE dévoile avec toujours plus de créativité depuis 10 ans, une jungle jazz aux influences multiples et imagées.

Aujourd’hui, avec ce 3ème album « No me digas », le groupe affirme son originalité et pousse le curseur electro, break et hip hop au maximum , offrant un véritable ovni d’énergie cinétique. SJM joue littéralement les contrastes de la vibration électronique et de la note bleue, avec la complicité d’invités aussi éclectiques qu’ inattendus : le guitariste et oudiste TITI ROBIN, au coeur oriental et gitan (Naïve), BUSDRIVER, un des personnages des plus charismatiques du hip-hop actuel, issu de la scène de Los Angeles (Big Dada / Ninja Tune), SOKLAK, le rappeur parisien à la gouaille assassine, la Chilienne ANITA TIJOUX et son phrasé coloré hip-hop latino, (chanteuse du groupe MAKIZA), ou encore les BROKE GRINGOS, collectif singulier de la scène hip hop allemande…

Sur scène, pour ce nouvel album, SJM fait son cinéma et propose sur fond de fiction cyberpunk absurde « à la Terry Gilliam » d’ouvrir les portes d’un laboratoire visuel et sonore énigmatique, et de plonger au coeur du sommeil paradoxal.

Cette introspection va laisser échapper des émotions des plus intimes et des plus profondes, provoquant, avec délice, l’aventureuse exploration des turpitudes que recèle le rapport homme / machine… situations psychotiques, cauchemardesques, oniriques et… déjantées. SAYAG JAZZ MACHINE développe, dans ce spectacle tout à fait original, un concept où lumières, projections vidéos et musiciens jouent, s’emportent et se déchainent, en total alchimie, dans une électro-symphonie multimédia.

Sur la route, le groupe ne se contente plus des plus prestigieux festivals français (Printemps de Bourges, Ososphère, Rock en Seine, Francofolies de la Rochelle, Marsatac…) : SJM s’est aussi produit en Grande-Bretagne, Allemagne, Belgique, Suisse, Hongrie, Serbie, République Tchèque, Pologne et au Mexique.

http://www.sayagjazzmachine.fr

http://www.myspace.com/sayagjazzmachine

Tagged , , , , , ,

Gerfaut

Une composition écrite pour le spectacle [re]garde-fous de Sayag Jazz Machine.
Un concept de ciné-bd-concert d’après l’œuvre de Frédérique Bézian (Delcourt).
Flûte: Nicolas Scheid
Mix et montage video: Christophe Vermand

Gerfaut from Pierre-Yves Le Jeune on Vimeo.

Tagged , ,

Flüïd

Fluid est un projet électro instrumental formé en 2003 de deux musiciens, qui s’expriment sur scène utilisant laptops, synthétiseurs, jouets musicaux modifiés (clavier casio, dictée magique et autres jeux sonores), et violoncelle « midifié ».

Leurs compositions allient les influences « classiques » de l’electronica-IDM (d’Aphex Twin, Squarepusher ou Autechre à Otto Von Schirach et Venetian Snares), « gonflées » au son jungle-Drum’n’bass ou EBM; et alourdies d’ambiances sombres, froides ou mélancoliques qu’on croirait sorties d’un film de science fiction viennois des années 30.

Les rythmiques pitchées, découpées, « breakées » et defigurées, les basses chaudes, rondes et puissantes, parfois saturées et poisseuses, des évènements sonores surprenants, des déferlements de percussions synthétiques et des textures organiques, électroniques ou acoustiques forment des climats étranges. Les morceaux en évolution permanente font danser le cerveau aussi bien que les pieds.

Puissance, complexité et bizarreries auditives sont combinées en une sorte de dance music du futur,
d’un futur digne des scénarios d’anticipation les plus noirs.

Depuis 2006, après quelques années de compositions studio, le duo s’attaque à la retranscription sur scène de cet univers singulier.

STVNR :
Diplomé de l'Institut d’Etudes Politiques de Toulouse, designer sonore (web, TV, artistes graphiques), DJ, compositeur (un maxi Drum'n'Bass signé "The Flu" - Oxygen Records), remixeur (Slowtrain, Sayag Jazz Machine), bidouilleur d'électronique.
Outre sa virtuosité sur contrôleur midi et ses pouvoirs de perversion du son, il torture sur scène des jouets musicaux customisés pour en extirper aux forceps des cris numériques inouïs.

PETER IVES :
Violoncelliste, bidouilleur.
Auteur sur Max/MSP de logiciels avec lesquels Flüïd compose. Il en utilise les capacités de déstructuration rythmique et harmonique en "autosamplant" son violoncelle customisé qui lui sert aussi à déclencher des basses synthétiques pour produire des rythmiques massives ou des textures sonores faisant penser à certaines pièces pour cordes de Bartok.

Ils se sont produit au Batofar, au Glaz'art, à l'OPA, au Nouveau Casino, à La Maizon - dans le cadre des rendez-vous électroniques 2006 - aux côtés de Venetian Snares, dDash, Future Prophecies, DJ Black Sifichi, le Santa Crew, Absent, Freecab...

Tagged , , , ,